4.4 C
New York
samedi, mars 2, 2024

Buy now

spot_imgspot_img

Brouillage des Radios : URTELGUI sort de son silence et annonce des actions fortes

Depuis plusieurs mois plusieurs radios privées installées à Conakry et à l’intérieur du pays sont victimes de brouillage de fréquences. Cette restriction dont l’origine reste encore méconnue agace l’union des radios et télévisions libres de Guinée (URTELGUI).

 

Son président Aboubacar Camara est monté au créneau ce lundi, 27 novembre 2023 chez nos confrères d’Espace FM, pour tirer la sonnette d’alarme mais aussi interpeller les gouvernements par rapport à cette situation.

« Nous avons remarqué que depuis plus de 3 à 4 de façon régulière et également de façon intermittence vous avez des médias qui sont brouillés notamment la Radio Espace FM, Radio Film FM, Djoma à l’intérieur du pays vous avez Fasso, Milo ainsi de suite. Nous recevons ces rapports et l’URTELGUI en tant que faîtière de l’audiovisuel en Guinée nous avons tenté de rentrer en contact avec les autorités. La première autorité en terme de gestion de fréquence en République de Guinée c’est l’ARPT. Mais toujours est-il que nous avons reçu d’eux que c’est une panne technique en provenance de ces radios parce que selon les informations de l’ARPT ces problèmes ne viennent pas d’eux. Donc nous avons tenté de pousser nos enquêtes pour savoir ce qui est en train de se passer au niveau de ces radios.(….) Il y a du brouillage qui est en train de se faire sur ces fréquences. Et c’est un devoir pour l’ARPT lorsque une situation comme ça se pose se mette en action. Elle regorge en son sein des équipements de dernière génération pour palier à cela. Donc aujourd’hui on ne peut pas nous dire l’ARPT ne sait pas ce qui est en train de se passer sur les différentes fréquences que je viens de citer. Parce que nous savons que très récemment, les émetteurs de très grande capacité ont été acheminés un peu partout à l’intérieur du pays et à Conakry. Donc nous avons tiré la sonnette d’alarme pour interpeller nos gouvernants pour dire ce qui est en train de se passer n’est pas normal et nous avons vu que le brouillage va en cresando », a-t-il indiqué avant de tenir l’ARPT et le département des postes télécommunications et de l’économie numérique responsable de ce brouillage de fréquences.

« Je veux dire ici que ce qui est en train de se passer c’est l’œuvre de l’ARPT. Et quand on dit l’ARPT il y a ministère des postes télécommunications qui est derrière automatiquement parce que c’est une Direction qui relève de ce déplacement. Ce qui est en train de se passer sur ces médias c’est l’œuvre de ces deux entités que je viens de citer. Il appartient aujourd’hui aux autorités a tous les niveaux, au président de la transition de prendre sa responsabilité. On ne peut pas écraser une presse, on ne peut pas museler la presse dans un pays », a t-il accusé.

Mieux, le président de l’URTELGUI a annoncé que si rien n’est à partir de demain mardi 28 novembre, ils vont engager des actions fortes comme la désobéissance médiatique.

« Si rien n’est fait aujourd’hui pour résoudre ce problème, à partir de demain mardi, nous allons faire ce qu’on appelle la désobéissance médiatique. La désobéissance médiatique c’est quoi? Vous savez que l’éthique et la déontologie de notre métier exige a ce qu’on soit impartial dans le traitement de l’information. Donc la première phase de cette désobéissance médiatique l’URTELGUI va donner l’ordre à partir de ce soir si le problème n’est pas réglé, on va donner la ligne éditoriale a suivre par tous les médias audiovisuels de la République de Guinée et on va faire des éléments en charge du gouvernement. Et ça va être comme ça de façon cresando

 jusqu’à le rétablissement de façon continuelle de ces radios », a annoncé Aboubacar Camara, président de l’URTELGUI.

Facinet Camara.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
21,600AbonnésS'abonner

Derniers articles