21 C
New York
lundi, mai 20, 2024

Buy now

spot_imgspot_img

Indemnisation des victimes du massacre du 28 septembre 2009 : Me Amadou DS réclame 1 milliards à 3 milliards GNF par personne

Dans sa plaidoirie de ce mardi, 14 mai 2024, lors de l’audience criminelle des évènements du 28 septembre 2009, Me. Amadou DS Bah, avocat de la partie civile a évoqué la question de l’indemnisation des différentes victimes. Dans sa communication, l’avocat a d’abord demandé au tribunal criminel de bien vouloir retirer les accusés dans les liens de la culpabilité pour crimes contre l’humanité et de les condamnés à la hauteur des préjudices commises au stade du 28 septembre 2009.

 

Ainsi, pour la réparation, Maître Amadou DS a demandé la condamnation des accusés au paiement des montants allant d’un milliard 500 millions de francs guinéens à 3 milliards GNF selon la nature du crime commis.

« Nous réclamons des sommes non pas parce que nous échangeons notre dignité ou notre âme, mais parce que c’est la loi qui nous le confère. Au regard de ce qui précède, nous vous demandons de bien vouloir retenir les accusés dans les liens de culpabilité pour crime contre l’humanité pour les infractions commises au cours des événements du 28 septembre 2009. Pour la réparation, recevoir Oury Bailo et 700 autres personnes, la FIDH, l’OGDH, toutes les parties civiles, et condamner les accusés au paiement des montants suivants : pour les ayants droit des morts et des disparus, 3 milliards de FG par victime ; pour les femmes victimes de viol, au nombre de 135 recensées, 2 milliards de FG par victime ; pour ceux qui sont victimes de coups et blessures volontaires, au nombre de 50, 1 milliard 500 millions de FG par personne ; pour les victimes de tortures, au nombre de 7, 2 milliards de FG par personne ; pour les victimes de pillages, au nombre de 13, 1 milliard de FG par personne », a indiqué l’avocat avant d’ajouter ceci :

« Cette demande de la partie civile reflet-elle l’ampleur des souffrances endurées par les victimes des événements tragiques du 28 septembre 2009 ? La cour est désormais confrontée à la difficile tâche de rendre justice à ces victimes tout en tenant compte des énormes sommes demandées pour la réparation des préjudices. Les décisions prises dans ce procès auront des répercussions importantes sur la reconnaissance des souffrances des victimes et sur l’avenir de la justice en Guinée », a-t-il laissé entendre.

 

Facinet Camara.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
21,800AbonnésS'abonner

Derniers articles