27.7 C
New York
vendredi, juin 14, 2024

Buy now

spot_imgspot_img

Salon de la culture et du textile guinéen : le Ministre de la culture donne le coup d’envoi de la 3ème édition

Après deux éditions bien réussies, l’ONG Cultures et fiertés guinéennes (CUFIG) en collaboration avec Firsi de Guinée organise du 28 mai au 02 juin 2024, la 3ème édition du Salon de la teinture et du textile combiné de la 2ème édition du Kouri, gastronomie guinéenne. Ce rendez-vous incontournable de la promotion de la culture guinéenne qui se tient à ce moment même au palais du peuple a été ouvert mardi dernier par le Ministre de la culture, du tourisme et de l’artisanat, Moussa Moïse Sylla. Il est placé sous le thème « Comment assurer l’autonomisation des femmes à travers les textiles et la gastronomie ».

 

Selon Hawa Bintina Soumah, présidente de l’ONG CUFIG, co-organisatrice de cet événement, ce salon vise à promouvoir la culture guinéenne à travers son textile et sa gastronomie.

“Cet événement, c’est le salon de la teinture et du textile guinéen combiné avec la Guinée Kouri, la gastronomie guinéenne en collaboration avec Firsi de Guinée. Nous sommes à la 3ème édition du salon de la teinture et du textile guinéen et la 2ème édition de la Guinée. Nous avons essayé de remettre au bout du jour nos plats oubliés ou nos plats méconnus comme le riz gras guinéen …Notre objectif, c’est d’abord faire la promotion de notre culture. Et nous voulons que tous les guinéens se réconcilient avec leurs culture, nous voulons aussi que notre art culinaire soit inscrit au patrimoine immatériel de l’UNESCO. Nous recherchons la fierté d’appartenir à cette culture, la fierté d’appartenir à la Guinée. Nous recherchons la connaissance de notre culture à travers le monde”, souligne t-elle avant d’ajouter que tout au long de ce salon il y aura la prestation des troupes artistiques traditionnelles, des ateliers et des panels.

“Comme vous l’avez vu aujourd’hui, il y aura des prestations artistiques, des ateliers de cuisines, des l’atelier d’attacher de foulard et il y aura aussi des panels. Et le thème de cette année, c’est « comment assurer l’autonomisation des femmes à travers les textiles et la gastronomie ». Cette fois-ci, la région invitée c’est la basse côte. Si nous sommes accompagné dans les prochaines années nous aimerions delocaliser l’événement à l’intérieur du pays.”, a indiqué Hawa Bintina Soumah présidente de CUFIG.

Présidant la cérémonie d’ouverture, le Ministre de la culture du tourisme et de l’artisanat, Moussa Moïse Sylla a d’abord remercié les organisatrices de événement avant de mettre un accent sur la nécessité de promouvoir la culture guinéenne.

“Je voulais d’abord remercier l’ONG CUFIG pour son engagement pour sa détermination pour son leadership et son audace en faveur de la promotion de la culture de la façon générale. Cette dame je la suivais sur les réseaux sociaux bien avant d’être a ce poste. Pour la passion qu’elle a animé et qui continue de l’animer pour le rayonnement de notre culture. Comment elle se donne sans compter comment elle dépense ses jours, ses heures pour permettre à ce que la Guinée authentique soit connue au-delà de ses frontières par ce qui l’a distingue des autres nations. Ce travail n’a pas de prix. Un penseur l’a dit « un homme sans culture c’est un arbre sans racines »et un autre a ajouter que « la culture ne s’erite pas mais elle se conquiert ». C’est pour dire que si ces genres d’événements ne sont pas promis ne sont pas soutenu ne sont pas financé et aidé par l’État ce qui nous caracterise qui nous distingue des autres nations va petit à petit s’éteindre à chacun d’entre nous, nous aurons rien n’a transmettre. Cet événement c’est une sorte de bataille pour la transmission de la valeur que nous avons hérités de nos ancêtres, la bataille pour l’enseignement de ce qui fait que le kania soly se dense differemment de la Mamaya. La transmission de tout ce qu’il y a comme technique et technicité dans l’art culinaire au tour des poison Konkoé avec l’huile rouge et les feuilles et bien d’autres ce sont des valeurs qui doivent être transmettre. Et ces événements là permettent donc de mener cette bataille, d’aller à la conquête de cette transmission de savoir”, a souligné Moussa Moïse Sylla qui a d’ailleurs promis d’accompagner ces ONG pendant tout le temps qu’il fera à la tête du département de la culture.

“J’aimerais vous dire c’est ma première fois de participer à cette édition, le temps que je passerais à la tête de ce ministère et pare que ça fait partie des priorités des recommandations qui ont été faites par hiérarchie je vais m’employer avec mon cabinet pour aider cette ONG au temps que possible à pérenniser ces acquis”, a-t-il promis.

La Marraine de la 3ème édition du Salon de la teinture et du textile guinéen quant-à elle, s’est réjoui du choix porté sur sa modeste.

“Je suis comblés de joies pour avoir porté la confiance en moi car je m’attendais pas à être choisi parce que moi aussi je fais des actions dans le même sens qu’elle mais je n’aime se faire voir. Donc aujourd’hui je suis vraiment contente de voir ce monde là parce que je sais que chacun rentre satisfait et j’ai vu plein des choses. Je me suis engagée à faire plus pour la promotion de notre culture là”, indique Anne Marie Sacko.

 

Facinet Camara.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
21,800AbonnésS'abonner

Derniers articles