21 C
New York
lundi, mai 20, 2024

Buy now

spot_imgspot_img

Charles Wright sur la libération de Foniké Menguè et Cie : ‘’Ça été la décision la plus difficile pour moi dans ma vie »

Le garde des sceaux, ministre de la justice et des droits de l’homme était devant la presse ce mercredi, 17 mai pour éclairer la lanterne de l’opinion sur la gestion du budget du procès du 28 septembre 2009, la mise en liberté de Foniké Menguè et Cie. Devant un parterre de journaliste, Alphonse Charles Wright a expliqué de fond en combe des raisons qui ont prévalus a la libération des activistes du FNDC sans aucune décision de justice.

 

Le garde des sceaux dit avoir été contraint par les religieux au nom de la paix pour que la décision ait été finalement prise en leur faveur.

« Les religieux ont dit que le monde dise le problème même c’est vous. Donc ce qu’on va faire, nous vous demandons, problème de loi là, monsieur le Ministre Charles, on nous a dit que votre problème de loi là vous ne quitterez pas là-bas. Mais nous les religieux vous exhorte pour l’amour du ciel, pour la paix, pour ne pas que la Guinée brûle, pour ne pas que les gens meurt, accepte de tordre la main à la loi. Je leur dit que j’ai entendu, je ne peux rien vous refusez au nom de la paix. Comme la finalité de la loi c’est la paix et la quiétude, l’harmonie dans la société, si vous estimez que c’est ça la paix je prendrai mes responsabilités. J’ai dis aux religieux que j’ai ferme l’œil sur l’abeille pour eux. Quand leur la l’ordonnance de leur mise en liberté a été signée, ça été la décision la plus difficile pour moi depuis que je suis né. Ça été la décision la plus difficile pour moi dans ma vie. Mais au nom de la paix et de la quiétude, ça été la bonne décision que je n’ai jamais prise dans la vie », a-t-il déclaré.

En dépit de cette décision qui a fait beaucoup de bruit dans la cité, Charles Wright a tenu a rassurer que la lumière sera faite a toutes les tueries commises lors des manifestations.

« Tous ces cas de mort, je vous donne ma parole, que ça soit des forces de défense et de sécurité qui que ce soit je vous donne ma tête a couper l’intéressé répondra devant la justice. Mais qu’on ne fasse pas le travail de la justice à sa place, qu’on accuse pas des gens, qu’on ne fasse pas le rapprochement, qu’on laisse la justice faire son travail. L’enquête est secret, au moment venu l’audience sera public. Pas d’impunité dans ce pays jusqu’au jour où on dira Charles on n’a plus besoin de votre service au Ministère de la justice », a-t-il rassuré.

Facinet Camara.

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
21,800AbonnésS'abonner

Derniers articles