22.6 C
New York
lundi, mai 20, 2024

Buy now

spot_imgspot_img

Lac de Sonfonia : les étudiants de l’ESTH ont fait un tour avec un constat très amère sur ce site d’écotourisme !

Dans le cadre de lier la théorie à la pratique, l’école supérieure de tourisme et hôtellerie multiplie ses visites de sites touristiques à Conakry. Le lundi 08 mai dernier, les étudiants en licence 1 tourisme de ladite école, ce sont rendu au Lac de Sonfonia dans la commune de Ratoma, après celle du 1er mai, au jardin botanique de la Camayenne, pour acquérir plusieurs connaissances en écotourisme, mais aussi s’enquérir des réalités de ce Lac. Lors de cette expédition, le constat des étudiants est amère, qui selon eux est en voie de disparition, vu des multitudes d’activité qui se font aux alentours dudit Lac.

 

 

 

En qualité de chef de mission, cet enseignant chercheur de ladite école, estime que l’urbanisation avancée aux bords du Lac, est une grosse menace pour sa sauvegarde.

« Ce Lac n’est pas seulement menacé de pollution, mais aussi de disparition sous l’effet de l’urbanisation incontrôlée d l’homme. Au fur et à mesure que le développement incontrôlé augmente, cela va faire une pression sur le Lac et il disparaîtra », explique avec précision Sékou Ahmed Tidiane Camara, spécialiste de l’environnement .

Il poursuit son intervention en indiquant que : « si on remonte un peu le temps, s’il n’y avait pas de route, le lac devrait continuer mais avec la route il y a eu une fragmentation des systèmes dont la fragmentation des différents espèces phoniques de ce Lac. Donc la route devient un autre problème à résoudre », a-t-il poursuivi, avant de proposé une solution pour n’est de que cela arrive.

 A ce niveau, il estime qu’il faut : « se concerter et intégrer la population de la localité ».

Pour ce qui est des principes à mettre en œuvre côté département de l’environnement, mais aussi celui du tourisme et de l’hôtellerie, Sékou Ahmed Camara ne passe pas par mille chemin.

Il recommande : « l’éducation relative à l’environnement. En matière de gestion de l’environnement, il n’existe pas une petite action. On devrait faire participer toute la couche socio-économique, professionnelle et la population à la gestion de ce Lac.

C’est aussi pour le ministère de l’environnement de prendre toutes ses dispositions pour la gestion de ce Lac qui se disparaisse petit à petit. Mais au ministère du Tourisme et de l’Hôtellerie de penser à la restauration et à l’aménagement écotouristique de ce patrimoine qui attire pas mal des gens.

Ce Lac peut procurer à la population de l’emploi et des sources de revenues à l’Etat, s’il est bien entretenu et bien géré de façon raisonner et durable. Ce patrimoine va être aussi un lieu de recréation, un espace de l’éducation relative à l’environnement (ERE…».

En conclusion, Sékou Ahmed Camara pense qu’il est nécessaire d’avoir des : « des moyens financiers à court terme pour sauver ce Lac et gérer ces déchets à l’instant T comme fait le ministère du tourisme en ce moment même l’aménagement de la voile de la mariée à KINDIA », conclut-il.

Mohamed Diakité

+224 627 10 61 56.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
21,800AbonnésS'abonner

Derniers articles