4.4 C
New York
samedi, mars 2, 2024

Buy now

spot_imgspot_img

Sabou Ciné Talents : les candidats en phase de présentation des projets

Le 27 octobre dernier, l’incubateur Saboutech en partenariat avec Africa Digital Académie et le groupe Sat Média a lancé son programme intitulé Sabou Ciné Talents, pour la professionnalisation du cinéma guinéen. Ceci, à travers la formation et l’accompagnement des jeunes cinéastes dans la réalisation de leurs différents projets. Après donc la première phase qui a consisté à la sélection des candidats, l’heure est à la présentation des projets devant les membres du jury.

 

Dans la journée de ce lundi, 04 décembre 2023, 30 candidats présélectionnés ont présenté leurs projets. Selon Diego Barry Directeur général de Saboutech, parmi ces projets présélectionnés seulement 15 seront retenus sur la base des critères établis à cet effet.

“On a présélectionnés 30 candidats, on reçoit 15 le matin 15 a l’après midi. Parmi les 30 là 15 vont être éliminés, on restera à la fin avec 15 personnes. Donc ces 15 personnes seront regroupés en plusieurs groupes, scénariste, ingénieur son, filmage, costume. Ils vont tous suivre des formations chacun dans son domaine et a la fin ils vont constituer une équipe qui sera constitué de l’ensemble des métiers de cinéma, ils vont produire un chronometrage ensemble. Je suis étonné de voir toute cette mobilisation, il y a eu beaucoup de candidats mais on n’a pas encore fini il reste beaucoup de personnes. Je n’ai aucun doute qu’on aura le pépin qu’on cherche, je pense que l’objectif sera atteint. Après cette étape il y aura une autre journée où on va réunir tous ceux qui seront sélectionnés on va faire un petit moment de d’échange et de partage de connaissances surtout. Et a partir de janvier on commence la formation”, souligne t-il.

Le Directeur général de l’incubateur Saboutech a cette occasion rappelé que la vision globale du programme Sabou Ciné Talents est de rehausser le niveau du cinéma guinéen. Ainsi, les candidats retenus bénéficieront des formations et l’accompagnement de Saboutech et ses partenaires pour leur permettre de pouvoir produire des films de qualité et vendables à l’étranger.

“La vision globale c’est de permettre de monter un peu en qualité le niveau du cinéma guinéen. C’est de monter un peu en qualité en terme de techniques parce qu’il faut comprendre que le projet a quatre composantes. Il y a la formation, l’équipement, on va chercher tous les équipements nécessaires pour pouvoir réaliser des films. Ceux qui vont être formés ici si demain ils ont envie de continuer dans le cinéma ils auront du matériel à leur disposition pour pouvoir produire. Nous on vient un peu en complément et voir ensemble ce qu’on puisse faire. On veut produire des contenus qui ressemblent, qui contiennent notre histoire et qu’on puisse raconter des histoires qui sont vendables à l’étranger. Cela suppose qu’on soit professionel à tous les niveaux, qu’on ait des équipements propres qui puissent sortir des images de qualités”, a souligné Diego Barry.

Pour sa part, Papa Laye Samoura enseignant chercheur à l’Institut supérieur des arts Mory Kante de Guinée et membre du jury a indiqué que les critères pour être retenus, c’est d’abord la pertinence du projet, la motivation du candidat et la faisabilité du projet.

“Le processus se passe très bien les 80% des candidats qui sont appelé, ils ont un niveau, ils ont les bea bas du cinéma. Les dossiers ont été examinés parce qu’ils ont envoyé des spich qu’on avait besoin. Ils ont été analysés par une équipe restreinte de Saboutech. Ils ont eu a sélectionné 15 personnes pour les écouter, connaître la pertinence des projets. On ne peut pas juger les candidats seulement selon les synopsis il faut les écouter peut être a l’interview ils vont aller au-delà de ce que nous on n’a pas compris dans le synopsis”, a-t-il souligné avant de remercier Saboutech et ses partenaires pour cette initiative.

“Moi je dirai d’abord merci aux organisateurs de Sabou Ciné Talents et je les félicite parce que pour moi c’est déjà un point de chute pour nous formateurs. Force est de reconnaître qu’ils sont en train de révolutionner le cinéma. A partir du moment où les sortant de l’institut supérieur des arts de Mory Condé savent maintenant où aller, ça c’est déjà un atout. Au début on avait du mal à orienter les étudiants. Et aujourd’hui si on a un preneur, on a des formateurs qui viennent compléter ce que l’institut a déjà donné je crois ça c’est un avantage qu’il faut saluer”, a mentionné Papa Laye Samoura.

Par ailleurs, Alhassane Baldé candidat scénariste réalisateur et candidats à Sabou Ciné Talents a salué cette initiative. Et après la présentation de son projet devant les membres du jury , il s’est dit confiant d’être retenu.

“J’ai passé devant les membres du jury pour présenter mon projet. Le projet parle de la scolarisation de la jeune fille d’une autre manière. En fait c’est une fille qui orpheline de mère, elle vit avec son papa aveugle mais elle veut étudier. Donc ses difficultés qu’on va essayer de montrer pour amener les gens a tenir compte des personnes qui veulent envoyer leurs enfants à l’école mais par manque de moyens, ils n’arrivent pas. Je suis convaincu que c’est un projet qui existe et qui va aboutir. J’ai confiance pour le moment”, a-t-il mentionné.

F. Camara.

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
21,600AbonnésS'abonner

Derniers articles