21 C
New York
lundi, mai 20, 2024

Buy now

spot_imgspot_img

Bouya Konaté : ‘’Si nous continuons à mettre les bâtons dans la roue de la transition, on ira au-delà des 24 mois »

Malgré des efforts consentis par les autorités de la transition, la Guinée reste toujours plongée dans l’impasse politique qui risque d’ébranler la transition. Soucieux de cette situation, des imams du pays ont dans leurs sermons prôner la paix et la quiétude sociale. Ils ont aussi invité les protagonistes a privilégié le dialogue. Interrogé sur le sujet après avoir accompli son devoir religieux, le Président du parti UDIR a abordé dans le même sens que l’imam El hadji Aly Bangoura qui a dirigé la prière collective à Tanènè permanence, dans la commune de Matoto. 

 

Bouya Konaté a demandé d’être sincère dans leurs actes.

« On est dans une transition, c’est pour cela la transition parle de refondation, la refondation parle d’intégrité, travailler pour la nation. Raison pour laquelle on demande à tous les guinéens de laisser les mots d’être avec les actes. On veut refonder la Guinée, il faut être sincère, il faut beaucoup de dose d’intégrité parce que sans cela ça ne saurait que des vins mots. Il faut qu’on ait des actes tout en sachant que nous sommes dans une république constituée de beaucoup d’ethnies, beaucoup de tribus. C’est ensemble seulement qu’on peut faire de la Guinée une grande nation, personne ne peut être au dessus d’une autre personne », souligne t-il.

 

Le président du parti UDIR a déclaré qu’a partir du moment où la CEDEAO et les autorités de la transition se sont entendu sur un délai, lui ne pourrait qu’accompagner la transition. Ainsi, il a invité les autres acteurs politiques et de la société civile à faire de même.

« Moi personnellement je ne suis pas en bras de fer avec le CNRD parce que c’était un moment peut être mais actuellement a partir du moment où un délai a été fixé, un délai à été accepté par la CEDEAO, les autorités en place ont fixé un délai, je ne peux qu’accompagner. Raison pour laquelle, je dis autres franches de la société civile, des acteurs politiques d’accepter d’accompagner parce que c’est dans l’intérêt du peuple de Guinée et l’intérêt même de nous politique . Si nous refusons aujourd’hui d’accompagner être transition et que nous continuons à mettre les bâton dans la roues de la transition les 24 mois que nous cherchons on ira au delà de 24 mois. Et la Guinée à besoin d’un retour à l’ordre constitutionnel. Œuvrons pour cela, la Guinée n’appartient à personne, tout ce que nous faisons doit être dans l’intérêt du peuple de Guinée. Je m’opposerais a rien qui pourrait mettre la Guinée dans l’abîme, je refuse de le faire », a lancé Dr Bouya Konaté.

 

Facinet Camara.

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
21,800AbonnésS'abonner

Derniers articles