22.6 C
New York
lundi, mai 20, 2024

Buy now

spot_imgspot_img

Ministère de l’habitat : Ministre Mory Condé échange avec les femmes de Kobaya et annonce la bonne nouvelle

Suite aux échauffourées qui ont eu lieu ces dernières semaines entre les femmes de Kobayah et un opérateur économique autour d’un domaine, le Ministre de l’habitat et de l’aménagement du territoire chargé de la récupération des domaines spoliés de l’État a reçu ce mercredi, 08 mai 2024, une délégation de ces femmes pour échanger autour de cette affaire.

 

Après plusieurs heures de partage d’information, Ministre Mory Condé à sa sortie de la salle est revenu sur la genèse de ce problème qui oppose les femmes de Kobaya à l’opérateur économique Foula Bah.

« Nous en tant qu’autorité du ministère de l’habitat chargé d’assurer la question de gestion des domaines, en collaboration avec le service d’État nous avons invité ces dames pour chercher à comprendre qu’est ce qui les opposent à cet opérateur économique qui revendique la propriété de cet endroit. Après avoir écouté les dames et le document qui ont été fourni par l’opérateur économique et les documents fournis par les dames. Nous nous sommes rendus compte que c’était à l’an 2003 qu’un ministre de l’Urbanisme de l’Habitat avait décidé d’attribuer ce domaine à cet opérateur économique . Après l’attribution de ce domaine à l’opérateur économique qu’était déjà occupé par les riverains, l’opérateur économique vouloir jouer droit de propriété sur l’endroit en 2009, a tenté un procès contre ceux là qui l’empêchaient de pouvoir exercer son droit sur l’endroit qui est attribué par le ministre de l’habitat en 2004. Un jugement avait été rendu à l’époque à la faveur de l’opérateur économique, le procureur général Moundjour Chérif alors avait pris une demande de réquisition pour faire exécuter la décision du jugement qui a été rendu en faveur de cet opérateur économique. Donc l’exécution na jamais été fait sur le terrain. En l’an 2016, le ministre de l’habitat de l’urbanisme feu Lounceny Camara ayant constaté que cet endroit est un bien public au paravent a pris un arrêté pour mettre le domaine dans le portefeuille de l’État. Et cet arrêté qui mettait désormais à le domaine dans le portefeuille de l’État, malheureusement il n’avait pas été signifier aux juridictions compétentes qui avaient déjà reçu le dossier de l’opérateur économique qui clamait sa propriété sur le domaine. En 2023, l’opérateur économique en question a saisi la justice afin que la justice puisse l’aider à travers les auxiliaires de la justice la gendarmerie la police pour faire exécuter la décision qui a été rendue à sa faveur depuis 2011-2011. C’est ce que le Procureur Général actuel à la personne de Mr N’Faly Doumbouya a mis en marche. Il n’a fait que exécuter et faire exécuter une décision de la justice qui a été rendue comme la loi prévoit. Lorsqu’une décision est rendue ou un arrêt de la cour suprême, son exécution est obligatoire. Il a mis les auxiliaires de la justice pour faire exécutif ce jugement qu’avait été rendu. Sauf que la justice ne savait pas toutes les informations pour savoir qu’il y a l’État déjà à travers le département de l’urbanisme et l’habitat à l’époque conduit par le feu Lounceny Camara déjà remis le domaine dans le portefeuille de l’État. Le jugement qui a été rendu l’État n’était pas parti à ce jugement, c’était entre l’opérateur économique et Mr Bah et l’autre personne de riverain de Kobayah », a-t-il rappelé.

Le Ministre de l’habitat et de l’aménagement du territoire chargé de la récupération des domaines spoliés de l’État, a ensuite ajouté qu’après avoir examiné les documents fournis par les parties en conflit, il a été décidé de mettre le domaine sous scellé en attendant que la Cour Suprême ne répond à la requête de l’État qui est à la base le véritable propriétaire du domaine.

« Alors nous avons écouté les dames qui ont aussi apporter une copie de l’arrêté sur lequel elles fondent leur argument pour dire qu’elles ne doivent pas quitter à l’endroit parce que ça appartient à l’État. Nous avons également reçu des documents attribuant le domaine à l’opérateur économique et des papiers des différents jugements qui ont été rendus. Donc nous avons demandé à nos mamans de se retourner à la maison comme nous avons fait un recours auprès de la cour suprême, en attendant que la cour suprême nous reviennent. Ni l’opérateur économique M. Foula Bah ni les dames, personne ne doit faire quoi que ce soit sur ce terrain en attendant que la cour suprême puisse nous revenir », a indiqué le Ministre Mory Condé qui a d’ailleurs annoncé aux femmes qu’il a été instruit par le président de la transition de construire un marché moderne sur le site en question.

« L’autre élément que les femmes de Kobayah ne savaient pas sait que moi j’ai reçu l’instruction du président de la transition de construire un marché moderne pour les femmes de Kobayah. Et ça c’est antérieure même à ces mouvements de la semaine dernière. Le président, de son passage, lors qu’il a vu que le marché de Kobayah est situé entre deux routes à savoir la route qui quitte Lambanyi pour l’université de Sonfonia, et la transversal T5, il a trouvé que l’endroit n’était pas sûr. Ce jour là, il a donné des instructions de faire une étude pour la réalisation d’un marché moderne pour les dames. Donc nous avons dit aux dames de rester tranquille, en attendant laisser ce site dans la main de la justice », a rassuré le Ministre de l’habitat.

 

Cette annonce du Ministre Mory Condé a été vivement saluée par la présidente des femmes du marché de Kobaya. Hadja M’Balou Bangoura a indiqué que leur cri de cœur a été entendu par les autorités. Ainsi, elle a invité les populations de Kobaya au calme et à la sérénité.

« On a rencontré le ministre nous sommes contentes, nous avons quitté dans la rue avec nos fils. Le ministre Mory Condé et le président de la République Mamadi Doumbouya nous ont donné satisfaction. Ils nous ont dit qu’ils vont construire un nouveau marché pour nous. Le combat que nous avons mené pendant 30 ans et quelques, Dieu nous a accordé sa grâce aujourd’hui. Nous remercions le ministre et le président parce que quand la maman pleure il y a beaucoup de choses qui vont se passés. Ils ont dit comme il y a un autre coin mais les gens n’étaient pas habités là-bas de partir y s’installer en attendant qu’ils finissent construire le nouveau marché pour nous. Parce qu’ils ont compris l’endroit qui est en conflit n’appartient à personne ça appartient à l’État Guinéen », a-t-elle mentionné.

 

Facinet Camara.

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
3,912SuiveursSuivre
21,800AbonnésS'abonner

Derniers articles